Skip to content

Plus de formation et de soutien à l’autonomie des démarches étudiantes vers les professionnels

22 juin 2009

Etudiant AutonomeÀ l’occasion de la tenue de la réunion d’installation de l’atelier de travail commun à Interfaces Compétences et à l’Institut KERVEGAN, nous nous interrogeons dans cette note sur la comparaison qui alimente de récurrents articles de presse et commentaires, sur le modèle que pourrait représenter les écoles en matière d’anticipation et de réussite de l’insertion professionnelle des étudiants, en opposition à ce que font les universités.

L’illusion de l’application des méthodes des écoles aux universités

Une différence bien connue empêche le placage d’un modèle sur l’autre : le taux d’encadrement dans les écoles qui ne sera jamais atteint dans les universités, sauf à y consacrer un budget qu’aucun gouvernement n’a jamais envisagé.

Face à ce constat simple et incontournable, il nous apparaît que des méthodes spécifiques doivent être élaborées et expérimentées au sein des universités. Celles-ci, à l’évidence, doivent permettre de développer l’autonomie maximale des étudiants dans l’expérimentation de l’approche du monde professionnel.

S’agissant de la relation aux professionnels, il semble difficile de constituer un service pouvant répondre à la quantité des besoins potentiels de mise en relation entre étudiants et professionnels, par exemple dans le cadre de la recherche de stages. La généralisation progressive des stages dans les formations universitaires ne fera que renforcer cet écart.

Innover et expérimenter l’autonomie

Par contre, le savoir-faire des personnes réalisant ces démarches d’approche des professionnels pourrait être transmis aux étudiants, des salles dédiées à la recherche de contacts avec les professionnels, avec ordinateurs, lignes téléphoniques, bases de données, avec des personnels encadrant pouvant intervenir en soutien au cas par cas auprès des étudiants, pourraient être mises à la disposition des étudiants ayant suivi le module de formation préalable.

Cette démarche de prise de rendez-vous avec des entreprises, complétant les démarches d’envois de CV et de lettres de motivations, pourrait s’appuyer sur des sites Web personnels pour lesquels les universités pourraient fournir des modules dédiés à la valorisation des diplômes validés et préparés par chaque étudiant(e).

Faire découvrir aux étudiants la multiplicité des missions dont se sont rendus capables leurs prédécesseurs dans le cadre de stages, est un levier essentiel pour permettre à chaque étudiant de nouer un échange ouvert avec un professionnel, d’une part en accompagnant et en élargissant la réflexion de chaque étudiant quant à son propre projet, et d’autre part en lui permettant de questionner les besoins éventuels de chaque professionnel sur la base d’un spectre le plus large possible.

Ce ne sont-là que quelques éléments qu’il conviendrait de compléter.

Mobiliser toutes les compétences

La volonté d’engager une telle démarche, là où elle existe, gagnerait de plus à recenser et mobiliser l’ensemble des compétences disponibles. Au sein des universités bien évidemment, mais aussi au sein des très nombreuses structures, relevant souvent de l’économie sociale et solidaire, qui ont développé des compétences spécifiques qui pourraient s’inscrire dans une telle démarche.

Tel est l’esprit de nos coopérations avec des établissements des associations et organismes engagés dans ce défi de l’anticipation et de la réussite de l’insertion professionnelle des étudiants.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :