Skip to content

Mesures Jeunes Actifs : Aide à l’embauche des stagiaires.

13 juillet 2009

Jeunes ActifsEt les politiques dans tout cela ?

Avec cette note nous inaugurons une nouvelle « catégorie » d’articles. Pour compléter les analyses, les retours d’expériences et les témoignages d’acteurs universitaires, nous ajoutons aujourd’hui un regard sur les « Politiques ».

L’insertion professionnelle des étudiants, son anticipation, sa mesure, sa réussite, ses difficultés, sont des enjeux largement débattus dans la vie politique, et qui font l’objet de politiques nationales et locales.

Il convient donc que nous nous intéressions aux avis et aux décisions des responsables politiques pour compléter nos analyses et construire nos pratiques.

Mesures jeunes actifs

Pour inaugurer la catégorie « Politique », un regard sur le dispositif « MESURES JEUNES ACTIFS » mis en place conjointement par le Ministère de l’économie, de Secrétariat d’État à l’emploi, et le Haut Commissariat à la jeunesse.

Parmi les sept mesures mises en place, une a plus particulièrement retenu notre attention : l’Aide à l’embauche des stagiaires.

Une prime de 3.000 Euros est proposée aux entreprises recrutant en CDI entre le 24 avril 2009 et le 30 septembre 2009, des jeunes de moins de 26 ans ayant effectué un stage ayant lui-même commencé entre le 1er mai 2008 et le 24 avril 2009.

Vous pouvez retrouver le détail de cette mesure et des conditions d’éligibilité ICI.

Cela nous fait penser que…

Le contexte général de l’emploi est tel que l’arrivée sur le marché de l’emploi des jeunes diplômés de l’été 2009 va se faire dans de très mauvaises conditions.

L’aide à l’embauche d’une catégorie spécifique de personnes peut répondre à plusieurs préoccupations :
1/ Amoindrir des « discriminations » dont seraient statistiquement victimes les membres de cette population.
2/ Encourager un comportement aux conséquences importantes pour l’avenir.

Le taux de chômage des jeunes diplômés semble indiquer de réelles difficultés spécifiques d’accès à l’emploi. Par ailleurs, la participation de tous les âges à la vie des entreprises et des collectivités n’est pas un objectif négligeable. Ainsi, les réflexions livrées au débat public par Martin HIRCH, Haut commissaire à la jeunesse, il y a quelques semaines, sur l’aide qui pourrait être apportée aux entreprises pour les aider à ne pas repousser des embauches de jeunes diplômés, et assurer en parallèle formation et transfert de connaissances et compétences en interne, semblaient une piste intéressante.

Cependant, en procédant ainsi, c’est en quelque sorte une logique de « moindre coût » qui est utilisée, comme elle l’est de manière quasiment systématique dans les politiques de traitement social du chômage.

Mal peut-être nécessaire, cette approche mériterait d’être au moins complétée, si elle ne peut pas être remplacée.

Plutôt qu’un moindre coût, il est impératif de démontrer les apports communs mais aussi spécifiques des jeunes diplômés au développement des entreprises et collectivités. Et puisque ce dispositif vise les étudiants ayant effectué un stage, il y aurait à regarder sur ce cadre de première coopération entre étudiants et professionnels. Si des moyens financiers peuvent être mobilisés, faut-il subventionner l’embauche, ou se donner les moyens de mettre en œuvre des stages plus long et plus intéressant pour l’étudiant, l’entreprise, et leur découverte réciproque ?

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :