Skip to content

Étudiants / Professionnels : une approche interculturelle (2).

16 novembre 2009

Étudiants - Professionnels - Interculturalité 01Après une première série (ici, ici, ici), nous commençons une série de notes sur la construction de la relation entre étudiants et professionnels, et en perspective, l’insertion professionnelle des étudiants, sous la lumière d’analyses et de pratiques liées aux enjeux d’interculturalité.

Fortes différences de vécus quotidiens, de valeurs, de langage, de comportements, autant de distances qui pèsent sur la construction d’une relation durable. Distances d’autant plus difficile à surmonter qu’on les sous-estime souvent.

Les entreprises sont parfois naïves sur cette question, et se laissent enfermer dans des constats d’échecs quant à la qualité de l’intégration d’étudiants stagiaires ou de jeunes diplômés sans voir que la cause en est la croisée de deux cultures, et non pas la seule culture de leur jeune recrue.

Pourtant, lorsqu’elles anticipent des difficultés de ce genre, lorsqu’elles ont conscience que des différences culturelles vont être un enjeu d’intégration, les entreprises savent se donner les moyens d’y faire face.

Nous regarderons pour commencer à analyser cela l’article Management interculturel et processus d’intégration : une analyse de l’alliance Renault-Nissan (Revue Management et Avenir, 2009/2 n°22, Christoph BARMEYER et Ulrike MAYRHOFER). En effet, dans le domaine des démarches à l’internationale, les entreprises anticipent des enjeux de cet ordre.

Culture :

Des modèles de pensée se traduisant sous forme de valeurs et de comportements influant sur la relation au temps, à l’espace, à la hiérarchie, à l’incertitude, etc.

Un système de significations et « un inventaire sémantique » grâce auxquels les individus communiquent, perpétuent et développent leurs connaissances. Les individus d’une société attribuent ainsi collectivement des significations à la réalité vécue. Ce « tissu de significations » crée des définitions et représente un contexte partagé qui permet aux individus d’interpréter correctement des symboles et des signes.

Souligner l’importance des valeurs permet de mieux comprendre la logique de fonctionnement d’un système social et organisationnel et le comportement des individus.

Autant d’approches de la notion de « culture » qui sous-tendent les analyses et pratiques du management interculturel et qui nous renvoient directement aux difficultés constatées dans la construction de la relation entre étudiants et entreprises.

Management interculturel :

« Le management interculturel s’attache à examiner de manière explicite les interactions des collaborateurs marqués par des cultures nationales et/ou de cultures organisationnelles différentes (Adler, 2002 ; Bournois, Defelix et Retour, 2000). En décrivant et en comparant les comportements caractéristiques d’une culture, les théoriciens de ce courant ont pour ambition de réduire les malentendus dans le but de contribuer à une meilleure collaboration voire à une plus grande productivité de l’entreprise (Barmeyer, 2007). En résumé, « le management interculturel est considéré comme une forme de management capable de connaître l’existence de cultures différentes, d’intégrer les valeurs sur lesquelles reposent ces cultures dans l’exercice des différentes fonctions d’entreprise et de combiner la prise en compte des spécificités culturelles avec les impératifs stratégiques globaux » (Dupriez et Solange, 2002 : 125). »

Exemple :

« les responsables de Renault et de Nissan ont – consciemment ou inconsciemment – pris en compte les trois approches : ils ont agi dans le respect des valeurs, ils ont pris en considération les interprétations divergentes et ils ont démontré la volonté de trouver les meilleures solutions grâce à création d’équipes biculturelles. »

« Le grand défi de tout rapprochement transfrontalier consiste à intégrer les forces de chaque culture et de chaque collaborateur dans le respect mutuel pour établir une cohérence entre les stratégies, les cultures, les formes d’organisation, les styles de management et les modes de communication. Ce processus peut permettre de passer d’une coexistence parfois conflictuelle de plusieurs cultures à une véritable «interculture » (Barmeyer, 2007). Il s’agit d’une culture nouvelle, consciente ou inconsciente, dynamique et construite, émanant des actions de communication entre les partenaires. Les acteurs impliqués dans l’interaction négocient de nouvelles règles et de nouveaux modes de comportement acceptés et adoptés par tous les participants. A partir de la combinaison et de la dynamique d’éléments culturels distincts, ils élaborent un nouvel espace commun de communication et de coopération complémentaire, qui peut idéalement aboutir à une plus-value. »

Cela nous fait penser que :

Si, comme de nombreuses études tendent à l’indiquer, de fortes évolutions culturelles sont à l’œuvre chez les jeunes générations, et si, de ce fait, un certain nombre de difficultés massives rencontrées par les entreprises dans l’intégration de jeunes non diplômés comme de jeunes diplômés ne sont pas le fait de caractères individuels mais la manifestation d’un choc de cultures, alors l’approche interculturelle doit pouvoir aider étudiants et entreprises à reconstruire leur relation.

Nous regarderons dans les prochaines notes de cette série un ensemble de pratiques à l’œuvre dans le domaine de l’interculturalité en général et dans le domaine du management interculturel déjà développé par de nombreuses entreprises, qui pourraient inspirer des méthodes renouvelées pour l’anticipation et la construction de la relation entre étudiants et entreprises.

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Bossard permalink
    28 décembre 2009 16:07

    Salut !
    Je vous remercie pour votre article qui est très explicite et permet de mettre le doigt sur l’utilité et l’efficacité du management interculturel pour permettre le bon déroulement du travail dans une entreprise… en effet, depuis un certain temps j’ai signé un contrat avec Akteos (http://www.akteos.fr/) qui est un spécialiste dans ce domaine et je suis très satisfait des résultats.

Trackbacks

  1. Faire du stage une expérience intercultruelle ! «
  2. Étudiants de Lettres, sciences humaines et sociales : de la méthode, mais aussi des compétences ! «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :