Skip to content

Étudiants stagiaires et jeunes diplômés : un souffle de curiosité et une source d’apprentissage pour l’entreprise, si celle-ci ne se trompe pas d’objectifs.

15 février 2010

Dans le cadre de nos accompagnements d’entreprises, nous évaluons les difficultés rencontrées pour l’intégration des étudiants stagiaires et jeunes diplômés, ainsi que les apports et les motivations que cela peut occasionner.

Parmi les points très positifs qui peuvent être obtenus, nous retrouvons très souvent le binôme « prise de distance vis-à-vis de notre « routine » », et « impulsion d’une démarche de pédagogie et d’apprentissage ». Si l’entreprise a bien conscience que l’intégration d’un étudiant stagiaire ou d’un jeune diplômé passe par une phase d’investissement en temps, n’y a pas recours avec pour objectif une économie de coût, alors une logique très vertueuse peut se mettre en place.

Ces nouvelles recrues doivent être capables de maintenir dans leur nouvelle situation la « curiosité » qui est au cœur de toute logique d’apprentissage, et faire perdurer dans leur situation de stagiaire ou de salarié cette culture de l’apprentissage qui est encore la leur. Il n’y a pas à faire le deuil de son envie de comprendre, de savoir, bien au contraire, en intégrant un poste dans une entreprise.

Si l’étudiant stagiaire ou le jeune diplômé savent donner droit à cette part importante de leur savoir faire, alors l’environnement, les autres salariés et les personnels encadrant, pourront saisir cette opportunité pour eux-mêmes se confronter à la nécessité de formaliser, de formuler, de décrire, leur activité, les processus, etc. Démarche qui est une source d’innovation et de progression individuelle et collective.

Ceci nous fait penser que.

Il est important de valoriser cette « curiosité », cette « envie de comprendre et de savoir », qui doit se trouver au cœur de toute logique d’apprentissage, et de montrer que cette disposition est une clef de réussite pour l’intégration dans le monde du travail.

Il n’y a pas une rupture entre une période de formation et d’apprentissage d’une part, et une vie professionnelle faite d’application d’autre part. Le temps des études peut être propice à des premières expériences de mise en pratiques par des stages, mais surtout, l’entrée dans le « monde du travail » ne doit surtout pas être anticipée et vécue comme impliquant l’abandon de la « curiosité étudiante ».

En ce sens, le rapport spécifique aux savoirs et aux apprentissages que propose l’université est une réelle richesse qui peut être cultivée bien après l’obtention du diplôme de fin d’étude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :