Skip to content

Pour passer du diplôme à l’emploi : toutes les facettes du « supplément au diplôme », ou, compléter l’enseignement par la formation de soi.

5 avril 2010

Dans son numéro 137, du mois d’avril 2010, la revue Vie Universitaire propose un dossier « Enseignement supérieur / entreprises : les clefs du partenariat ».

Les points de cette étude.

Succinctement nous pouvons relever un certain nombre de points qui sont abordés dans ce dossier :
•    La simplification des intitulés des diplômes
•    L’utilisation du supplément au diplôme pour expliquer le contenu des formations
•    L’incitation des entreprises à nouer des partenariats avec les établissements pour mieux connaître les profils, créer des réseaux, dans une relation de long terme
•    Préparer les étudiants à intégrer concrètement une entreprise en leur apprenant à expliquer ce qu’ils ont retiré de leur parcours théorique et pratique
•    Travailler le langage des étudiants, qui est souvent un langage courant manquant de précision
•    Nécessité de construire un projet professionnel au-delà d’un projet de formation
•    Ne pas se limiter à l’articulation entre diplôme et compétences, mais s’intéresser à la question de la vie quotidienne en entreprise, à ses règles sociales
•    Faciliter les stages et tous les contacts entre étudiants et entreprises
•    S’intéresser aux PME – PMI, souvent délaissées par les grandes écoles, alors qu’elles constituent l’essentiel du tissu économique

Ceci nous fait penser que.

Une très grande part de ces points nous semblent fortement liés entre eux, et tournent in fine autour de la question de la capacité des étudiants à anticiper les enjeux de la transition vers l’emploi et leur capacité d’intégration en entreprise.

Nous pouvons les relire à partir de deux entrées, l’une proposée dans le dossier, une seconde que nous proposons pour éclairer ces questions sous un autre angle.

Première entrée : le supplément au diplôme

Cet outil renvoi à une présentation dans un langage non académique de la formation suivie et des connaissances acquises. Il renvoi à la capacité à présenter précisément (question du langage) des compétences, en lien avec des expériences (question du stage), tout cela lié par une cohérence (question du projet professionnel).

Une telle démarche suppose donc la réalisation de stages (dans toute la diversité des expériences qu’ils peuvent représenter), choisis selon des critères bien identifiés (tester un projet ? Valider des compétences ? Acquérir des compétences ? Réorienter son projet ? Etc.), et savoir mettre à profit ces expériences pour nourrir son réseau et commencer à appréhender la « culture » d’entreprise et découvrir les points d’accord et de désaccord de sa propre culture avec celle-ci.

Deuxième entrée : compléter les enseignements par la formation de soi

Ces différents points relèvent essentiellement d’une « formation de soi », d’une expérimentation, d’une acquisition d’expériences diverses. Et là nous trouvons un point important de différence entre les écoles et les universités qui n’est pas lié à des différences structurelles ou matérielles insurmontables mais à une différence de culture qui peut être discutée.

Les différents éléments listés plus haut renvoient tous non pas à une démarche de réception d’un enseignement, mais à un travail sur soi et à une confrontation à des « univers », à des « cultures », différents.

Or, cette démarche de « formation de soi » est peu présente globalement dans les cursus universitaires, alors qu’elle est à l’inverse très valorisée dans les formations proposées par les écoles. L’intégration d’expériences extra-universitaires est encore peu pratiquée. Or ces démarches de construction d’un projet professionnel, de confrontation à la « culture » d’entreprise et au « langage » professionnel, de découverte et de travail sur sa propre « culture » ou « personnalité » sont aujourd’hui des démarches en quelque sorte « extra-universitaires ».

Or, nous voyons régulièrement des recruteurs qui disent clairement qu’au-delà des connaissances et compétences techniques, ce sont des « caractères » qu’ils recherchent. Alors, ne pas avoir été incité, invité, accompagné, pour tester, réfléchir, travailler, enrichir, sa personnalité (entendue ici sous les facettes que nous considérons), est une difficulté réelle pour les étudiants qui se retrouvent confrontés à l’ensemble de ces questions de manière souvent trop tardive et sous la pression de l’urgence.

Cette situation ne leur permet pas d’effectuer ce travail sur soi qui demande à l’évidence du temps, ce qui renvoi donc à une nécessité d’anticipation qui devrait être précoce dans le parcours de formation.

Deux ou trois idées.

Alors que l’essentiel des points listés en début de note renvoi aux étudiants, nous voyons derrière eux un réel enjeu pour l’institution.

Sensibiliser, inviter, accompagner, les étudiants pour qu’ils aillent au-devant de ces expériences.

Accompagner les étudiants pendant ces expériences, par exemple en proposant des groupes d’échanges ouverts à tous les étudiants pendant leurs périodes de stages, en mélangeant les profils mais en interrogeant leur expérience commune de confrontation au monde du travail.

Proposer des ateliers de travail post-stage pour l’analyse de cette expérience, l’identification des acquis, et le travail sur la capacité à exprimer, à communiquer, les acquis de cette expérience.

Différentes modalités d’accompagnement des étudiants qui ne  s’adossent pas à des procédures trop fermées, à des dispositifs trop formalisés, mais qui offrent simplement des lieux d’échanges, de confrontation, de comparaison, de mutualisation, et qui peuvent être utilisés autant de fois, autant de temps qu’ils le veulent par les étudiants, selon leur propre démarche de construction de leur parcours, de leur projet et de découverte et de travail sur leur « personnalité » et leur « culture ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :