Skip to content

Vie étudiante et compétences (2) : le portfolio d’Animafac

19 avril 2010

Nous avions dans une précédente note commencé d’interroger la question du rapport entre les différentes expériences de ce que l’on appel la « vie étudiante », notamment dans ce qu’elle comporte d’engagements et d’expériences associatives, avec les enjeux de la construction d’un projet professionnel et la perspective de l’intégration professionnelle.

La fédération associative Animafac, qui regroupe des centaines d’associations étudiantes, propose un portfolio « Bénévolat et conduite de projets : des atouts pour l’insertion professionnelle. ».

Le portfolio d’Animafac

Cet outil propose une méthodologie et un support pour la mettre en oeuvre, permettant aux étudiants ayant eu des expériences bénévoles de faire le bilan de leur parcours, de lister les « missions » qu’ils ont effectué, en les décomposant en « missions », « tâches », « résultats » et « difficultés rencontrées », puis, sur cette base, d’identifier les compétences ainsi développées, elles-mêmes décomposées en « compétences », « compétences appliquées », « illustration » et « niveau de maîtrise », analyse complétée par un bilan et une évaluation de ces compétences, ainsi qu’un questionnement sur les formations suivies en rapport ou envisagées.

Enfin, le portfolio propose à la suite de ces premières étapes, une méthodologie pour utiliser les résultats de ce travail dans une démarche de valorisation. Ici, l’ensemble des éléments listés, analysés et évalués précédemment vont être relus à la lumière d’un projet professionnel, d’une offre, d’une candidature (CV, lettre de motivation, entretien), de manière à savoir en extraire les éléments les plus pertinents en fonction de chaque situation.

Ce que nous en pensons

Le document et la méthodologie proposés sont à la hauteur des exigences qu’il faut se donner dans une démarche de construction d’une candidature. De plus, mener ce travail peut permettre de nourrir une réflexion en amont dans le cadre de la construction d’un projet professionnel. Cela peut faire apparaître des cohérences, des points forts, dans un parcours qui pourrait sembler à première vue un peu hésitant ou manquant de cohérence.

Animafac assume cette dimension « fastidieuse » nécessaire, en proposant des ateliers dans de nombreuses villes universitaires, permettant de mener ce travail dans un cadre collectif, autour d’un accompagnateur formé.

Les dates des prochaines formations : 20 avril Amiens, 22 avril Lille,  27 avril Bordeaux et Reims, 29 avril Lyon, 7 mai Grenoble, 20 mai Rennes. L’inscription à ces formations est gratuite, mais obligatoire. Pour plus de renseignements ou pour vous inscrire, vous pouvez contacter Bastien, à l’adresse suivante : bengelbach@animafac.net

Des expériences et études sont menées en ce moment par l’AFEV (Association de la fondation Etudiante pour la Ville) sur cette question de l’identification et de la valorisation des « compétences associatives ». Nous attendons avec impatience les résultats de ces travaux pour les comparer à cette démarche et y trouver peut-être des complémentarités.

Enfin, de notre point de vue, une dimension supplémentaire pourrait être envisagée dans la démarche d’analyse des expériences. La méthode est ici essentiellement tournée vers l’identification et la valorisation de « savoirs faire », un peu vers des « savoirs êtres », des « comportements », et pas du tout vers ce que l’ensemble de ces expériences dit des motivations, des centres d’intérêts, des façons d’être dans le groupe, dans une démarche collective et de tout ce que cela implique de capacité à s’intégrer dans tel ou tel type d’organisation, de travail en équipe, du sens recherché dans ses actions, etc.

Cet aspect de la « formation de soi » que permet l’expérience associative est très recherché comme élément d’évaluation des candidats par les recruteurs (n’est-ce pas, en toute connaissance de cause, l’un des apports sur lequel insistent énormément les « grandes écoles » dans la formation de leurs étudiants et dans l’image qu’elles entretiennent auprès des recruteurs ?), qui ne peuvent se contenter d’une liste de savoirs faire. De plus, cet aspect de l’« engagement étudiant » dit quelque chose du caractère de chacun(e), quelque chose qu’il convient que chaque étudiant(e) sache de lui(elle)-même aussi pour la construction de son projet professionnel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :