Skip to content

Demain, le goût du savoir au cœur du travail ?

14 mars 2011

Nous poursuivons la lecture du livre « Le capitalisme cognitif, La nouvelle grande transformation » de Yann Moulier Boutang. Le chapitre 8 de la troisième partie du livre s’intéresse aux nouveaux « attracteurs du travail ».

Alors que l’organisation du travail a essentiellement joué depuis plusieurs siècles sur deux motivations principales qui étaient l’intérêt matériel et le goût du pouvoir, le capitalisme cognitif ajouterait une troisième passion à ses sources de mobilisation et de motivation, le désir de connaissance. Et ce faisant, l’art et l’Université pourraient devenir deux modèles pour le nouveau paradigme du travail.

Cette évolution serait à relier avec plusieurs caractéristiques de ce nouveau mode de production et ses nouvelles productions. En effet, la « production de connaissances au moyen de connaissances », qui est au cœur de ce mode de travail, suppose des formes de coopération très spécifiques, « plus profonde et continue que la simple coordination obtenue par la division technique et sociale du travail. (…) Plus les éléments de la connaissance objectivable sont absorbés par la cyber-organisation (hardware, software, bases de données), plus le rôle irremplaçable du partage en réseau, de l’intelligence créatrice collective, de l’attention et du maniement des logiques floues du langage s’avèrent les ressources stratégiques. ».

La question est alors de savoir ce qui motive les individus à plonger dans cette forme très particulière de coopération. C’est là que le goût de la connaissance apparaît comme un désir utile à ce mode de production. De plus, cette motivation spécifique et ce mode de production génèrent des externalités positives très importantes pour les entreprises, notamment sous la forme de travail gratuit.

Mais tout en étant un moyen pour la production, ce désir de connaissance est une fin pour les parties prenantes (et c’est précisément ce en quoi elle est un moteur très puissant pour la production), et apporte avec elle des contraintes nouvelles quant à l’organisation du travail et au « management ». Une de ces spécificités est l’importance de la confiance. En effet, pour être réellement utile dans un tel processus de production, il convient d’y être très fortement impliqué. Pour participer à cette production il ne peut être suffisant de réaliser certaines tâches en pensant à autre chose. Il y a une demande d’attention très élevée. En conséquence de quoi « la captation des cerveaux aujourd’hui ne peut pas être obtenue sans un déclin des formes les plus autoritaires de commandement. Elle ne peut pas être obtenue non plus sans confiance. ».

Ceci nous fait penser que.

Des exemples précis de secteurs d’activités viennent à l’appui de ces analyses, ainsi par exemple du développement du logiciel libre. Cependant, l’expansion de ce mode de production dans l’économie est très certainement fortement inégale selon les secteurs.

Mais il est assez intéressant de voir que des caractéristiques très spécifiques à l’université, comme précisément une démarche d’abord motivée par « le savoir pour le savoir », une formation qui est en lien direct avec une démarche de recherche, recherche à laquelle les étudiants sont progressivement confrontés lors de leur cursus, rejoignent des caractéristiques émergeantes dans un mode de production lui-même émergeant, mais dont on peut raisonnablement penser qu’il sera amené à se développer fortement.

La question qui se pose alors est de savoir si les étudiants et jeunes diplômés sont effectivement au clair avec ces caractéristiques de leur parcours. Ont-ils effectivement réalisé leurs études en cultivant ce goût du savoir ? Ont-ils effectivement réalisé leurs études en développant une habilité à un travail collectif en la matière ? Ont-ils conçu leur projet professionnel et leur approche du monde du travail en cherchant à identifier des profils professionnels pouvant leur permettre de valoriser leur spécificité dans ces domaines et leur offrant ainsi une perspective de prolongement de leur démarche dans leur vie professionnelle ?

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :